Thursday, February 22, 2024
Thursday, February 22, 2024
Home » Le rôle de l’islamophobie dans le génocide à Gaza

Le rôle de l’islamophobie dans le génocide à Gaza

by Jacques Bertrand
0 comment 13 views


La guerre menée par Israël contre Gaza a reçu un large soutien de la part d’hommes politiques et de personnalités publiques britanniques, souvent justifié en invoquant le droit d’Israël à l’autodéfense. Mais il semble y avoir un autre élément en jeu qui motive ce soutien – un aspect qui fait souvent ressortir sa vilaine tête : l’islamophobie. Le lien entre l’islamophobie et les actions d’Israël à Gaza est rarement abordé et il convient d’examiner comment l’islamophobie a façonné l’attitude britannique à l’égard de la guerre.

La définition de l’APPG de l’islamophobie la décrit comme étant « enracinée dans le racisme et constituant un type de racisme qui cible les expressions de la musulmanité ou la musulmanité perçue ». Même si l’islam n’est pas une race et même si les musulmans appartiennent à un large éventail d’ethnies différentes, l’élément racial de l’islamophobie ne peut être nié. Là où apparaît la haine des musulmans, on retrouve également un sentiment anti-immigrés extrême. Les musulmans sont considérés comme un groupe racial distinct par des personnes racistes qui les identifient en utilisant tout ce qu’ils perçoivent comme étant islamique.

La pertinence de l’islamophobie dans la guerre contre Gaza

Les victimes du racisme anti-musulman comprennent les Tatars en Russie, les minorités marocaines et algériennes en France et les Ouïghours en Chine. En Israël, l’islamophobie prend la forme d’un racisme anti-palestinien. Il s’agit d’un préjugé profondément enraciné au sein de la société israélienne. Un document intitulé « Appels au génocide ethnique et à la déshumanisation des Palestiniens » prouve au-delà de tout doute raisonnable que le problème de l’islamophobie en Israël est systémique et structurel. C’est un problème qui existe au sein du gouvernement israélien d’extrême droite ainsi qu’au sein d’une large partie de la population en général.

Le document, qui continue d’être mis à jour, répertorie actuellement près de deux cents exemples de discours racistes et déshumanisants de la part de responsables israéliens, de commentateurs, de la population israélienne en général ainsi que de partisans d’Israël du monde entier. Un exemple en est la déclaration du député Yoav Gallant, ministre israélien de la Défense, le 9 octobre 2023 : « J’ai ordonné un siège complet de la bande de Gaza. Il n’y aura pas d’électricité, pas de nourriture, pas de carburant, tout est fermé. Nous combattons les animaux humains et nous agissons en conséquence. Il est raisonnable de considérer que cette déclaration fait référence à la population de Gaza, et non seulement au Hamas, puisque le siège de Gaza a été appliqué à l’ensemble de la population.

Un autre exemple est le discours du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dans lequel il a déclaré le 28 octobre 2023 : « Vous devez vous rappeler ce qu’Amalek vous a fait ». En comparant les Palestiniens aux Amalécites, Netanyahu évoque le dernier commandement de Dieu concernant les Amalécites dans le premier livre de Samuel : « Maintenant, allez attaquer les Amalécites et détruisez totalement tout ce qui leur appartient. Ne les épargnez pas ; mettre à mort hommes et femmes, enfants et nourrissons, bovins et moutons, chameaux et ânes ». Cette comparaison a été faite à plusieurs reprises par Netanyahu et peut être considérée comme un appel implicite au génocide.

Plus grossièrement, en Israël, il y a eu une tendance populaire sur les réseaux sociaux selon laquelle des soldats de Tsahal ont réalisé des vidéos se moquant des souffrances des Palestiniens. Les vidéos montrent des soldats de Tsahal dansant sur de la musique, habillés en Palestiniens avec un visage noir et un foulard musulman. Le 1er décembre 2023, un soldat de Tsahal a publié une vidéo intitulée « POV : Ur Freeing Palestine » le montrant déféquant dans les toilettes appartenant à une famille désormais déplacée à Gaza, avec un tapis de prière islamique placé sur le sol des toilettes.

Ce ne sont là que quelques-uns des nombreux exemples rassemblés dans le document qui montrent la profondeur de la déshumanisation de l’identité musulmane palestinienne. Le thème est constant partout : les musulmans sont l’ennemi. L’idée selon laquelle la vie des Palestiniens a moins de valeur a été fabriquée à travers une longue campagne de déshumanisation qui trouve ses racines dès la création de l’État d’Israël. La célèbre citation de Golda Meir, « La paix viendra quand les Arabes aimeront leurs enfants plus qu’ils ne nous détestent » incarne les faux stéréotypes que les Israéliens entretiennent à l’égard des Palestiniens, selon lesquels il leur manque l’amour maternel, caractéristique humaine fondamentale, plaçant les mères palestiniennes au-dessous des animaux. . Et comme un chien errant est négligé et maltraité, l’enfant palestinien « mal-aimé » devient un dommage collatéral acceptable.

Islamophobie en Grande-Bretagne

La déshumanisation des musulmans dans la société israélienne présente des similitudes notables avec le sentiment anti-musulman qui prévaut en Grande-Bretagne. Rien qu’à Londres, les délits islamophobes ont augmenté de 140 % début novembre 2023 – mais les statistiques ne dressent pas un tableau complet. Les crimes haineux de rue sont souvent abordés sans tenir compte des causes profondes de cette forme de haine. La réalité est qu’il y a depuis longtemps une campagne de désinformation généralisée contre les musulmans dans les médias britanniques, qui est devenue de plus en plus courante. Il y a également eu une sécurisation accrue des musulmans grâce à la stratégie Prevent ainsi qu’un ciblage des organisations caritatives musulmanes.

Le problème de l’islamophobie en Grande-Bretagne est devenu comme une cocotte minute, s’aggravant régulièrement au cours de la dernière décennie. Aucune véritable initiative n’a été prise par le gouvernement britannique pour résoudre le problème et, par conséquent, le sentiment anti-musulman a pu se développer. Chaque mois de décembre, l’accusation selon laquelle les musulmans veulent interdire Noël est lancée – avec une formulation légèrement différente à chaque fois. Cette année, comme variante opportune, les musulmans ont été accusés de vouloir interdire Hanoukka. Pendant le confinement dû au Covid, les musulmans ont été accusés d’avoir enfreint les règles et de propager la maladie, un député élu Craig Whittaker exprimant le même point de vue. De nombreux sites d’information ont choisi d’utiliser des photographies de musulmans dans leurs reportages sur le Covid. C’est pourquoi les musulmans s’inquiètent depuis longtemps de la façon dont cette campagne de déshumanisation des médias britanniques pourrait se manifester à son apogée.

Ce sommet, semble-t-il, a enfin été atteint. Les musulmans britanniques ont été témoins du soutien presque total de la Grande-Bretagne à la guerre israélienne contre Gaza, à travers les médias et la classe politique. Cette position témoigne de la profondeur du racisme anti-musulman qui a pu se développer sans retenue. Des personnalités publiques, des politiciens et des experts des médias sans lien avec Israël soutiennent un siège brutal contre les musulmans en Palestine et la seule motivation qu’ils ont pour le faire est leurs préjugés profondément enracinés, parfois inconscients, contre les musulmans. En effet, la longue campagne de rhétorique islamophobe menée jusqu’à présent a jeté les bases de ce soutien.

Partis politiques

Le gouvernement conservateur a non seulement refusé d’adopter une définition de l’islamophobie, mais il n’a pas non plus réussi à créer une définition qui lui convienne. Cela place les musulmans dans une situation très désavantageuse, incapables de définir nos propres termes et incapables d’être rassurés sur le fait que le gouvernement comprend ce qui constitue une discrimination anti-musulmane. Le soutien indéfectible du gouvernement britannique au gouvernement d’extrême droite israélien sera interprété par beaucoup comme la preuve que la vie des musulmans n’a pas d’importance.

Même si le Parti travailliste a adopté la définition de l’islamophobie de l’APPG, il n’y a eu aucune condamnation ni même reconnaissance de la déshumanisation des Palestiniens par Israël. Le Parti travailliste prétend défendre l’égalité et l’inclusivité, mais ignore les sentiments des musulmans britanniques qui assistent en temps réel aux massacres de Palestiniens motivés par la haine.

Les deux principaux partis ont fait preuve d’un mépris flagrant du rôle du racisme dans une guerre dans laquelle une armée puissante et exceptionnellement bien équipée continue de tuer des milliers et des milliers de civils innocents. Sans étudier la rhétorique raciste venant d’Israël, il existe un risque dangereux de mal comprendre les motivations d’Israël dans la guerre. Les porte-parole israéliens ont rassuré à plusieurs reprises les médias en affirmant qu’ils prenaient soin de minimiser les pertes civiles. Cependant, une personne raisonnable, connaissant le langage déshumanisant d’Israël, aurait de sérieux doutes à ce sujet. Il semble bien plus probable, avec les données disponibles, qu’Israël cible intentionnellement la population civile.

Les deux principaux partis doivent être conscients qu’il ne suffit pas de faire des déclarations génériques condamnant l’islamophobie tout en ignorant le racisme d’un proche allié. Il ne suffit pas de répéter sans cesse le désir de voir un Israël sûr à côté d’un État palestinien viable sans reconnaître le désir souvent répété d’Israël d’« en finir » avec la Palestine. Il ne suffit pas non plus de rappeler sans cesse à Israël de minimiser les pertes civiles alors qu’il fait manifestement le contraire. Pendant trop longtemps, les politiciens britanniques ont considéré Israël comme un acteur raisonnable. Il est temps d’admettre enfin qu’Israël est un État profondément raciste et expansionniste, sans aucun respect pour le droit international.

Ne pas reconnaître cela rend le Parti travailliste et le Parti conservateur coupables d’islamophobie perpétuée par l’inaction, l’indifférence et l’approbation tacite de pratiques discriminatoires. C’est l’incapacité à reconnaître et à condamner les motivations extrémistes d’Israël qui contribue à la marginalisation et à la privation de droits ressentie par les musulmans britanniques. Le message envoyé à la société dans son ensemble est que les paroles et les actions d’Israël sont acceptables, favorisant un climat dans lequel le racisme est toléré, voire approuvé. On peut donc affirmer avec certitude que le Parti travailliste a enfreint la définition de l’islamophobie qu’il a adoptée. De la même manière, le Parti conservateur a violé la loi sur l’égalité de 2010 qui protège contre la discrimination raciale.

Il existe un lien incontestable entre l’islamophobie et la guerre menée par Israël contre Gaza et il est temps d’enfin y remédier. L’aliénation des musulmans britanniques ne sera pas atténuée par un renforcement des mesures policières et une législation antiterroriste. Investir de l’argent dans Prevent et donner des pouvoirs supplémentaires à une force de police déjà surmenée, sans parvenir à lutter contre l’islamophobie, est un gaspillage d’argent et de ressources. Il est temps pour notre gouvernement et l’opposition de condamner directement le siège meurtrier d’Israël sur Gaza ainsi que le racisme qui le motive.

Source: Cage

You may also like

Soledad is the Best Newspaper and Magazine WordPress Theme with tons of options and demos ready to import. This theme is perfect for blogs and excellent for online stores, news, magazine or review sites. Buy Soledad now!

Schwarze Fahne, A Media Company – All Right Reserved.