Saturday, February 17, 2024
Saturday, February 17, 2024
Home » La nouvelle star de la politique luxembourgeoise

La nouvelle star de la politique luxembourgeoise

by Marcel Renaud
0 comment 28 views

Antonia Afonso s’apprête à devenir la première femme d’origine africaine à siéger au Conseil communal de la ville de Luxembourg. Une révolution dans la politique locale.

L’interview avec Contacto était sur le point de se terminer au siège du LCGB lorsqu’un journaliste de RTL, caméra au poing, est entré dans la pièce. La chaîne de télévision luxembourgeoise réalisait un portrait d’Antonia Afonso, la nouvelle étoile montante de la politique locale luxembourgeoise. Les interviews se succèdent.

Lire aussi :Qui sont les nouveaux visages du conseil communal de la Ville de Luxembourg?

Elle a réussi à obtenir la troisième place sur la liste LSAP de la capitale, devançant deux candidats issus des familles politiques traditionnelles du Luxembourg. Mais elle n’attache aucune importance à cet exploit. «C’est ma foi, mon humilité et mes réalisations pour le peuple qui m’ont amenée ici. J’ai travaillé dur pour cela», dit-elle. «Après une chute, je ne me relève pas pour marcher, mais pour voler. C’est mon vol qui m’a amenée ici», poursuit-elle. Sa volonté déplace des montagnes. Des rumeurs circulaient selon lesquelles, parce qu’elle ne parlait pas le luxembourgeois, elle serait écartée du conseil municipal. Mais Antonia Afonso et le LSAP démentent catégoriquement.

Sa détermination est plus forte que n’importe quelle difficulté linguistique. Et la commune devra même trouver un traducteur pour garantir la participation d’Antonia Afonso à la plus haute instance de la Ville de Luxembourg. Antonia comprend le luxembourgeois mais ne le parle pas, elle l’apprend et assure qu’elle n’abandonnera pas tant qu’elle ne maîtrisera pas complètement la langue. Elle admet avoir demandé la nationalité luxembourgeoise, «mais je ne renonce pas à la nationalité portugaise ou guinéenne», assure-t-elle.

J’étais sans réaction, parce que je pensais que ce n’était pas possible.

Antonia Afonso

A propos de l’annonce de son élection

«Sur le moment, je n’ai pas réagi. J’étais sans réaction, parce que je pensais que ce n’était pas possible»: c’est ainsi qu’Antonia Afonso a accueilli la nouvelle de son score et de son élection. C’est le résultat du «travail de toute une équipe, nous avons travaillé jour et nuit. Mais je m’attendais à ce que plus de la liste LSAP soit réélue», avoue-t-elle. «Je suis encore abasourdie et je digère la nouvelle.» Mais c’est pendant la campagne qu’elle a commencé à sentir qu’elle serait élue, «par la façon dont les gens réagissaient», dit-elle.

Antonia Afonso est déléguée à la santé et à la sécurité au travail au LCGB.

Une révolutionnaire née en 1974

Elle est née en 1974 et c’est peut-être pour cela qu’elle est révolutionnaire (c’est l’année de l’indépendance de la Guinée-Bissau, ndlr). «On m’a toujours appris à aider, parce que le peu que nous avons, nous devons le partager», dit-elle. Elle n’oublie pas sa sœur aînée, qui l’a aidée à grandir, un haut fonctionnaire de la banque bissau-guinéenne qui lui a ouvert les yeux sur le monde et les injustices. Lorsqu’on lui demande qui elle admire le plus en politique, elle n’hésite pas à répondre : Amílcar Lopes Cabral.

Lire aussi :Les élections communales révèlent un déséquilibre démocratique

Il est arrivé très jeune de Guinée-Bissau. Elle avait 17 ans lorsqu’elle atterrit à Lisbonne. Elle a grandi à São João do Estoril, mais a déménagé à Abrantes pour étudier le tourisme. Elle a ensuite déménagé à Coimbra avec son compagnon et son fils, qui a aujourd’hui 23 ans et étudie la mécanique. En 2008, elle a quitté Coimbra pour s’installer au Luxembourg.

«L’intégration a été facile car j’avais déjà de la famille au Grand-Duché. Je suis arrivée en septembre et, en novembre, j’ai commencé à travailler dans un restaurant, où j’ai été très bien accueillie», se souvient-elle. «Mon ancienne employeuse fait pratiquement partie de la famille. Elle a participé à l’éducation de mon fils, qu’elle considère comme un filleul», ajoute-t-elle. «La communauté portugaise est immense et accueillante, tout comme les autres communautés lusophones, en particulier les Guinéens», dit-elle sans hésiter.

C’est alors qu’elle décide de changer de vie. Elle se souvient qu’à l’époque, alors qu’elle était dans le bus en direction de la gare, elle a croisé un Portugais et un Cap-Verdien qui lui ont dit que Dussman, la quatrième entreprise du Luxembourg, embauchait pendant les vacances. «Je suis allé à Bissen pour m’inscrire auprès de l’entreprise. Après les vacances, ils m’ont contactée, j’ai rejoint le service et j’y suis restée jusqu’à aujourd’hui. C’est dans cette entreprise que j’ai commencé l’activité syndicale, et j’ai été élue déléguée en 2013», raconte-t-elle.

Prête à siéger en septembre

Elle rappelle qu’elle a rejoint le syndicat «à cause de l’injustice et de l’inégalité». Elle a commencé à travailler à l’OGBL en 2009. En 2013, elle a été élue déléguée dans le secteur de la santé et de la sécurité au travail. En 2019, elle est passée au LCGB. Un changement de centrale syndicale dont elle n’aime pas parler. Elle mentionne seulement qu’elle a rencontré «beaucoup de problèmes». «Tout ce que je sais, c’est que je suis dans un bon syndicat», conclut-elle.

En 2016, elle a rejoint le LSAP. Tout s’est passé lors de la Fête de la migration. «Je passais par là et une collègue, Marta Fernandes, m’a donné un formulaire d’inscription. Sans elle, je ne serais pas ici et je n’aurais pas pu remporter cette victoire», explique-t-elle. Elle aime se consacrer à 100 % à tout ce qu’elle fait : «Lorsque je dois prendre des décisions, je dois me sentir en sécurité», dit-elle. «J’ai fait ma demande d’adhésion à l’époque, mais je ne suis devenue membre à part entière qu’en 2018», ajoute-t-elle.

Cette année, elle s’est présentée pour la première fois aux élections communales. Des débuts gagnants, puisqu’elle est parvenue à se faire élire d’emblée. Elle assure «qu’elle prendra sa place de conseillère», quoi qu’il arrive. Après les vacances estivales, elle prendra ses fonctions.

Il y a beaucoup de discriminations au Luxembourg

Elle reconnaît qu’il existe des discriminations à l’encontre des étrangers au Luxembourg. «L’une de mes priorités est de défendre les valeurs sociales, car il y a beaucoup de discriminations. Les immigrés ont besoin de beaucoup d’aide. J’aimerais que tous les politiciens descendent sur le terrain pour voir les problèmes des étrangers, car nous sommes ici pour contribuer au développement du pays», déclare-t-elle. Pendant la campagne, Antonia a rencontré un homme qui lui a dit en créole : «Je construis des maisons ici et moi je n’ai pas de maison. Quand je rentre, je dors par terre avec ma famille». «Nous rencontrons ce genre de situation tous les jours, dans toutes les communautés», déclare-t-elle.

“Les inégalités se sont creusées au Luxembourg et les gens se sont rendu compte que le LSAP était le parti qui avait le plus d’immigrés sur les listes, ce qui leur a fait penser que c’était le parti qui allait défendre leurs droits !”, explique-t-elle pour expliquer les résultats obtenus par les socialistes au Luxembourg.

Le logement, le logement, le logement

«Ce n’est un secret pour personne que le Luxembourg a un gros problème de logement. Il y a beaucoup à faire parce que nous voyons beaucoup de maisons fermées». C’est une autre de ses priorités. «Le logement, le logement, le logement a toujours été notre devise au LSAP», déclare-t-elle.

Ensuite, «il y a beaucoup de discriminations à l’école. Je ne comprends pas les critères du ministère de l’éducation, car dans ce secteur, nous sommes bien au-delà de ce que nous pourrions être. Rien ne justifie qu’il y ait trois langues officielles et que les enfants soient obligés d’apprendre l’allemand. Il y a beaucoup d’enfants qui ont du potentiel, mais qui ne sont pas orientés vers la bonne voie», explique-t-elle. «Si nous regardons l’enseignement technique, la majorité sont des immigrés», se plaint-elle. «L’éducation doit changer», dit-elle avec conviction.

Et l’attention portée aux problèmes des immigrés doit dépasser les périodes électorales.

Le héros politique d'Antónia Afonso est Amílcar Cabral.

«Il ne s’agit pas seulement d’arriver aux élections et de se rappeler qu’il y a des immigrés. Six ans vont s’écouler jusqu’aux prochaines élections et vous ne verrez personne, vous ne connaîtrez personne», explique-t-elle. «Nous, les immigrés, avons besoin d’eux, tout comme ils ont besoin de nous !»

Quant au fait qu’un grand nombre des lusophones ayant obtenu le plus de voix aux élections ne soient pas élus, les bourgmestres répondent que «c’est triste et inquiétant. Pourquoi ont-ils eu besoin de nous jusqu’à présent et plus maintenant ?» Il s’agit d’un phénomène qui, selon elle, pourrait créer de gros problèmes à l’avenir. Certains lui ont dit que «si ça continue comme ça, je ne voterai plus, parce que je fais le sacrifice de voter ici et que mon vote ne compte pas».

Beaucoup de votes luxembourgeois

«Il n’y a pas que les lusophones qui ont voté pour moi, car tout le monde n’habite pas à Luxembourg-Ville», précise-t-elle. «J’ai reçu beaucoup de votes de Luxembourgeois», affirme-t-elle avec conviction. «Parce que j’ai fait du bon travail dans mon quartier où la majorité de la population est luxembourgeoise.» Son parcours syndical et «aussi le gros travail que j’ai fait sur le terrain en tant que multiplicateur où j’ai travaillé pour les communales de 2017, pour les européennes de 2019, et j’ai toujours accompagné mon parti dans les élections», dit-elle.

La communauté guinéenne a connu la plus forte croissance

La communauté guinéenne est celle qui a connu la plus forte croissance au Luxembourg ces dernières années. «Tout le monde est à la recherche d’une vie meilleure», explique-t-elle. Il y a aussi les migrants qui arrivent dans le cadre du regroupement familial. «Nous sommes une communauté très active dans les associations, l’action sociale et la solidarité.»

Quand on lui demande où elle se voit dans six ans, elle me répond «qu’elle n’aime pas prédire l’avenir». «Mais je veux aller plus loin», affirme-t-elle sans hésiter.

Elle ne voulait pas terminer l’entretien sans laisser un message aux immigrés : « Vous rencontrerez beaucoup d’obstacles, mais croyez, soyez fermes, ayez de la force et n’abandonnez jamais. Cela en vaut toujours la peine. Insistez, car nous ne sommes pas moins que les autres !»

Source: Virgule

You may also like

Soledad is the Best Newspaper and Magazine WordPress Theme with tons of options and demos ready to import. This theme is perfect for blogs and excellent for online stores, news, magazine or review sites. Buy Soledad now!

Schwarze Fahne, A Media Company – All Right Reserved.