Wednesday, May 29, 2024
Wednesday, May 29, 2024
Home » Certains nous traitent de féministes ingrates de la classe moyenne – mais c’est pourquoi les femmes se sont mises en grève en Islande

Certains nous traitent de féministes ingrates de la classe moyenne – mais c’est pourquoi les femmes se sont mises en grève en Islande

by Guarinot Dupuis
0 comment 34 views


Quand j’étais petite, ma mère, alors âgée de 26 ans, m’a emmenée avec elle à la première grève des femmes au centre-ville de Reykjavík. Ce fut un jour mémorable en 1975, lorsque 90 % des femmes islandaises ont arrêté de travailler pour protester contre l’inégalité entre les sexes. Aujourd’hui, je suis une femme instruite de la classe moyenne vivant dans un pays qui occupe la première place depuis des années sur l’indice mondial de l’écart entre les sexes. Alors pourquoi repartir en grève, comme l’ont fait des milliers de femmes et de personnes non binaires mardi ? La génération de ma mère n’a-t-elle pas tout réglé ?

Il y a eu beaucoup de discussions ici entre hommes et femmes qui disent ne pas vraiment comprendre. Ils soutiennent que la grève concerne uniquement les féministes ingrates de la classe moyenne qui ont tout mais restent en colère contre tout et rien. Que c’est nous qui prenons un jour de congé pour rencontrer nos amis et jouer les victimes d’une injustice imaginaire. J’avoue que j’avais hâte de retrouver mes amis au centre-ville hier, mais plus important encore, j’ai ressenti un profond besoin d’être là, de faire partie de la force incroyable d’une réunion comme celle-ci. Et ce fut vraiment puissant : environ 100 000 personnes y ont participé, dont le Premier ministre. Cela représente plus d’un quart de l’ensemble du pays.

Il est relativement facile de vivre ici en Islande et de se demander de quoi il s’agit. Nous avons partout des exemples de femmes puissantes et des privilèges dont les femmes dans de trop nombreuses régions du monde ne peuvent que rêver.

En même temps, l’Islande n’est pas une île sauf au sens littéral du terme, et il n’est pas nécessaire de creuser profondément pour voir que nous avons des problèmes de discrimination, de misogynie, de violence sexuelle, de violence domestique, d’« impathie », d’écart salarial, le fossé d’autorité, le fossé de l’orgasme, la pornification, le racisme sexiste et les inégalités du travail émotionnel. Quelques statistiques troublantes : dans notre pays, les femmes gagnaient en moyenne 21 % de moins que les hommes en 2022, tandis qu’un peu plus de 62 % des victimes de violences sexuelles ont moins de 18 ans et un peu moins de 92 % sont des femmes.

Je suis enseignante et je travaille auprès d’adolescents depuis près de 20 ans. J’ai entendu plus d’histoires de harcèlement sexuel et de violence que je ne peux en compter. J’ai entendu des filles décrire leur anxiété à l’idée de vivre dans un monde en ligne qui les pornoifie sans fin. J’ai parlé avec des centaines de jeunes qui s’inquiètent de la façon dont tout se passe, avec la réaction réactionnaire à l’augmentation des libertés, l’Andrew Tates, la pression pour se conformer à des rôles de genre et à des normes de beauté étroites.

Je suis inquiet, je suis fatigué et je suis en colère.

C’est pourquoi hier, j’ai rassemblé tous mes soucis, ma fatigue et ma colère et je les ai emmenés avec moi à la manifestation. Alors que je me tenais sur Arnarhóll, la petite colline de Reykjavík que nous utilisons pour nos plus grandes célébrations nationales, je pouvais sentir l’énergie collective des femmes de tous horizons se rassembler alors que nous chantions, criions et applaudissions à l’unisson pour exiger l’égalité et justice pour nous tous, y compris les femmes et les personnes non binaires qui n’ont pas pu y assister.

En écoutant les gens inspirants sur scène, je me suis soudainement mis à pleurer. Tout m’est venu d’un coup ; Je pouvais ressentir la frustration et la fatigue des femmes qui étaient là en 1975. J’ai ressenti les luttes des femmes qui sont moins privilégiées que moi, ainsi que les inquiétudes et les peurs de toutes nos sœurs et filles qui grandissent dans ce désordre mondial. . J’ai aussi pleuré pour la petite fille qui était là dans les bras de sa mère en 1975 et qui, malgré tous ses privilèges, a dû faire l’expérience du harcèlement sexuel, du dénigrement, du doute de soi et de la misogynie qui accompagnent le fait d’être une femme. Même dans le pays classé n°1.

Nous devons au passé, au présent et à l’avenir de ne jamais abandonner.

Source: The Guardian

You may also like

Soledad is the Best Newspaper and Magazine WordPress Theme with tons of options and demos ready to import. This theme is perfect for blogs and excellent for online stores, news, magazine or review sites. Buy Soledad now!

Schwarze Fahne, A Media Company – All Right Reserved.