Monday, February 19, 2024
Monday, February 19, 2024
Home » “Un succès pour la propagande du Kremlin” : comment les opinions pro-Poutine imprègnent les médias italiens

“Un succès pour la propagande du Kremlin” : comment les opinions pro-Poutine imprègnent les médias italiens

by Lothaire Rufus
0 comment 31 views

Avec des commentateurs pro-russes apparaissant régulièrement à la télévision, les Italiens sont moins susceptibles de soutenir l’Ukraine que les habitants de la plupart des autres États de l’UE.

DANSChaque fois que Nello Scavo revient d’ Ukraine , il est submergé par la frustration. En tant que correspondant de guerre du journal national italien Avvenire, il sait que la première question que l’on lui posera est : « Est-ce vraiment aussi grave qu’on le dit ?

“Parfois, je pense que ce n’est que si je reviens gravement blessé que les gens commenceront à me prendre au sérieux”, a-t-il déclaré au Guardian. «C’est comme s’ils ne croyaient pas que la Russie massacrait des civils. Le problème est que Vladimir Poutine a toujours bénéficié d’une grande sympathie au sein de la politique et de l’opinion publique italiennes, et que le Kremlin y bénéficie toujours d’une propagande efficace.»

Bien que le gouvernement d’extrême droite italien soit l’un des plus fervents partisans européens de l’Ukraine, la propagande et la désinformation russes imprègnent les médias italiens – ce que les chercheurs attribuent à la politique et à l’anti-atlantisme historique – avec des invités ouvertement pro-russes invités dans les émissions-débats les plus populaires du pays. Une enquête publiée par Ipsos en avril révèle que près de 50 % des Italiens préfèrent ne pas prendre parti dans le conflit.

Matteo Pugliese, chercheur italien en matière de sécurité et de terrorisme à l’Université de Barcelone, a suivi le cortège de responsables du gouvernement russe, d’idéologues et de personnalités médiatiques animé par les chaînes de télévision italiennes depuis l’invasion russe. Parmi eux figurent le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et sa porte-parole, Maria Zakharova ; l’idéologue russe ultranationaliste Alexandre Douguine ; Olga Belova, journaliste à Russia 24, une chaîne qui a nié le massacre de Bucha ; et Yulia Vityazeva , journaliste à NewsFront – basée en Crimée occupée par la Russie et gérée par le FSB – qui, dans un article sur Telegram, souhaitait qu’une bombe frappe le concours Eurovision de la chanson à Turin après la victoire de l’Ukraine.

“Par rapport à d’autres pays d’Europe occidentale, l’Italie a donné une exposition disproportionnée à la propagande russe, à mon avis simplement parce que les producteurs de télévision voulaient augmenter leur part de certaines émissions avec des débats houleux”, a déclaré Pugliese.

Pugliese a noté que la plupart des propagandistes russes, 12, étaient hébergés par Rete4, une chaîne de Mediaset, propriété de Silvio Berlusconi, un vieil ami de Poutine qui, quelques mois avant sa mort, avait affirmé que le président ukrainien, Volodymyr Zelenskiy , l’avait « provoqué ». L’invasion de la Russie. Berlusconi, qui a été Premier ministre à trois reprises, a entretenu des relations étroites avec le président russe, louant son leadership et aidant à conclure des accords énergétiques que certains accusent d’être à l’origine de la dépendance actuelle de l’Italie à l’égard du gaz russe.

« En Italie, ce sont surtout les partis de droite qui entretiennent de bonnes relations avec Poutine », a déclaré Scavo. «Pas seulement Silvio Berlusconi, mais aussi l’actuel vice-Premier ministre Matteo Salvini, qui portait autrefois un T-shirt avec le visage de Poutine .»

La commission parlementaire italienne pour la sécurité, Copasir, a lancé l’année dernière une enquête sur fond d’inquiétude généralisée concernant l’apparition sur les chaînes d’information italiennes de commentateurs russes liés au Kremlin, plusieurs journalistes ukrainiens ayant refusé d’accepter des invitations à des émissions de télévision italiennes.

Dans certains cas, les invités de la télévision italienne ne sont pas des propagandistes russes, mais des commentateurs italiens qui semblent considérer la guerre comme le résultat d’une provocation occidentale. L’un des invités réguliers de La7 et de la Rai est Alessandro Orsini, professeur de sociologie du terrorisme et de la violence politique à l’université Luiss de Rome. Orsini a déclaré publiquement que Zelenski était autant un « criminel de guerre » que Poutine et qu’il est devenu si populaire que ses débats dans les théâtres italiens se vendent à guichets fermés. Orsini, qui se dit pacifiste, estime que la seule façon de sauver l’Ukraine est de reconnaître la prétendue victoire de Poutine. Ses idées sont répandues dans le mouvement pacifiste italien, plusieurs intellectuels militant en faveur de la paix au prix de la capitulation de l’Ukraine. Lorsqu’on l’a accusé d’être pro-russe, Orsini a déclaré : «je n’avais même pas un seul ami russe ».

« Ce n’est pas du pacifisme que de suggérer la reddition comme solution », a déclaré Arianna Ciccone, fondatrice de Valigia Blu, un site italien indépendant de vérification des faits, et co-fondatrice du Festival international de journalisme.

« Ces gens ont toujours été historiquement anti-OTAN. Ils cachent hypocritement leur anti-américanisme derrière un « masque » de pacifisme. Dans certains cas, cela se traduit par un véritable sentiment anti-ukrainien. Nous avons souvent entendu à la télévision des journalistes et des philosophes de renom exprimer des doutes sur Bucha et Marioupol. Même avec une montagne de preuves, ils n’ont pas eu le courage d’admettre la vérité. Comment peuvent-ils être pacifistes ?

L’année dernière, une étude indépendante de l’Institut pour le dialogue stratégique (ISD) a révélé que l’Italie était le pays ayant le plus de publications sur les réseaux sociaux, mettant en doute les crimes de guerre russes perpétrés à Bucha.

Les présentateurs de télévision italiens défendent leur décision d’accueillir des propagandistes ou commentateurs russes présumés ayant des « points de vue différents » sur la guerre comme faisant partie de leur devoir de donner la parole aux deux côtés du conflit. “Ce faisant, cependant, ils ne semblent pas se soucier du fait que ceux qui défendent l’invasion russe diffusent souvent de la désinformation et contribuent ainsi à déstabiliser les téléspectateurs avec des affirmations sans fondement”, a ajouté Ciccone.

Un exemple flagrant est l’affirmation de Moscou – rejetée par l’ONU et utilisée comme justification de son invasion à grande échelle en 2022 – selon laquelle l’action militaire ukrainienne dans le conflit du Donbass équivalait à un génocide. Des dizaines d’Italiens ont rejoint les mandataires russes dans le Donbass dans les années qui ont suivi 2014 pour lutter contre Kiev.

La majorité d’entre eux sont des extrémistes de droite attirés par l’ultranationalisme russe, mais leurs rangs comptent également des hommes appartenant à l’extrême gauche. Cela s’explique en partie par la force d’après-guerre du Parti communiste italien, qui a culminé à 34,4 % des voix en 1976 et a soutenu ce qui était considéré comme la résistance des pays communistes contre l’impérialisme américain. Cette vision, en partie, anime encore les partisans de l’extrême gauche italienne qui voient la Russie comme un rempart contre les États-Unis et croient également aux affirmations de Poutine sur les « nazis ukrainiens ». Pour marquer le Jour de la Victoire en 2022, fête qui commémore la victoire soviétique contre l’Allemagne nazie, le parti communiste de Zagarolo, à Rome, a publié une série d’affiches présentant la lettre Z utilisée par le gouvernement russe comme motif pro-guerre. Les organisateurs de l’événement ont rejeté les critiques, affirmant qu’il ne s’agissait « pas d’une provocation ».

Selon une enquête du Pew Research Center publiée en juillet , l’Italie fait partie des pays de l’UE où les citoyens ont le moins confiance en Zelenskiy. Selon le Conseil européen des relations étrangères, les Italiens sont les plus favorables à la Russie parmi les États membres interrogés, avec 27 % d’entre eux accusant l’Ukraine et les États-Unis d’être responsables de la guerre .

« Le résultat de tout cela est une grande confusion dans l’opinion publique italienne, qui se demande qui est à blâmer pour la guerre, accusant également la Russie et l’Ukraine », a déclaré Pugliese. “C’est certainement un succès pour la propagande du Kremlin.”

Source: The Guardian

You may also like

Soledad is the Best Newspaper and Magazine WordPress Theme with tons of options and demos ready to import. This theme is perfect for blogs and excellent for online stores, news, magazine or review sites. Buy Soledad now!

Schwarze Fahne, A Media Company – All Right Reserved.