Tuesday, April 16, 2024
Tuesday, April 16, 2024
Home » L’influence marxiste du Forum de São Paulo en Amérique latine

L’influence marxiste du Forum de São Paulo en Amérique latine

by Guarinot Dupuis
0 comment 40 views

Vous n’avez peut-être jamais entendu parler du Foro de SãoPaulo, car les médias occidentaux ont tendance à l’ignorer, mais il s’agit de l’organisation internationale marxiste la plus grande et la plus influente au monde. Son dernier rassemblement a démontré à quel point cet organisme radical est pro-Chine et pro-Russie et comment il vend son projet gagnant à travers le monde.

Lors du rassemblement du 29 juin au 2 juillet à Brasilia, la capitale du Brésil, se côtoyaient des membres du Parti communiste chinois (PCC), du Parti communiste cubain et des Socialistes démocrates d’Amérique (DSA), le parti du sénateur Bernie Sanders, ainsi que des représentants. Alexandria Ocasio-Cortez, Rashida Tlaib, Jamaal Bowman et Cori Bush.

Une membre du DSA participant à la conférence, Estefania Galvis, a assuré à la principale chaîne de télévision du gouvernement marxiste du Venezuela, TeleSur, que son parti « se battait au cœur de l’empire ».

TeleSur du Venezuela , Prensa Latina de Cuba et des groupes de gauche tels que « Peoples dispatch » ont couvert le rassemblement dans son ensemble. Mais selon les médias américains, il s’agissait de grillons.

Nous ne lisons donc pas que lors du Foro de cette année, le président brésilien Inacio Lula da Silva, hôte avec le Parti communiste brésilien, s’est vanté de sa fierté d’être qualifié de communiste. Lors de son discours d’ouverture, Lula a déclaré que ses ennemis « nous accusent d’être communistes, pensant que cela nous offensera. Mais cela ne nous offense pas… Nous qualifier de communistes ou de socialistes ne nous offensera jamais. Jamais. Au contraire, cela nous rend fiers. Les gens savent que nous méritons ce nom.

Les ennemis des communistes, a-t-il dit, étaient les récits de « famille, de tradition et de patriotisme ».

La conférence a régulièrement fustigé les États-Unis et défendu et loué la Chine, la Russie, Cuba et le Venezuela. La déclaration d’ouverture du groupe a déclaré que les membres du Foro approfondiraient leurs liens avec le PCC.

Joe Biden et d’autres dirigeants occidentaux n’ont fait que dorloter Lula et les autres dirigeants marxistes de la région, tout en traitant le Foro comme une société de débat.

Mais le Foro est le plus grand regroupement au monde de gouvernements marxistes, de partis politiques, d’organisations non gouvernementales (ONG), de groupes tiers, de groupes de guérilla et de terroristes. Leurs actions affectent les Américains et les Européens, à travers le trafic de drogue, l’immigration ciblée, le financement de partis politiques en Occident et le soutien à des groupes violents tels que Black Lives Matter, dont les dirigeants assistent aux conférences du Foro et rencontrent les dirigeants du Foro.

Le Foro a été créé en 1990 par Fidel Castro, tyran communiste de longue date de Cuba, et Lula da Silva, alors chef du Parti socialiste brésilien.

Il y avait deux raisons principales pour former un réseau de communistes à l’échelle de l’hémisphère. La première était que, mis à part Cuba, les communistes n’avaient pas réussi à conquérir le pouvoir par la voie marxiste traditionnelle – une révolution violente suivie d’une terreur d’État – et qu’une autre approche était donc nécessaire.

L’autre raison était que l’Union soviétique – le payeur de tous les communistes depuis sa création en 1917 – était en train de s’effondrer. Il fallait quelqu’un d’autre pour financer la révolution.

Sa stratégie clé, après être passée des balles aux bulletins de vote, était que les marxistes se présentent aux élections non pas en tant que marxistes en soi, mais en tant que populistes, réformateurs ou croisés anti-corruption. Puis, après avoir gagné, ils changeraient les constitutions et la société.

Les sommets annuels du Foro, les ateliers fréquents et les petits rassemblements sont devenus des plateformes de planification et de partage des « meilleures pratiques ». Lors de son discours, Lula a rappelé que c’était le Foro qui avait introduit la stratégie électorale, “et vous savez, nous avons remporté beaucoup de victoires”.

Grâce à ce kit politique DYI, Hugo Chavez a été élu président du Venezuela en 1998, mettant instantanément les énormes revenus pétroliers de ce pays – et les revenus en croissance rapide du trafic de stupéfiants – à la disposition des autres communistes du Foro. Lula a été élu en 2002 et a gouverné pendant huit ans, avant d’être réélu en 2022. Evo Morales a emboîté le pas en 2005 en Bolivie et Rafael Correa en 2006 en Équateur.

Tous, à l’exception de Lula, ont été accusés par le gouvernement américain de collaborer avec des guérilleros marxistes terroristes et des cartels de la drogue. Les guérilleros colombiens des FARC (Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia) et de l’ELN (Ejercito de Liberacion Nacional), ainsi que les guérilleros maoïstes du Sentier lumineux du Pérou ont pris part aux réunions du Foro.

Une deuxième vague de marxistes a été élue depuis la dernière conférence du Foro en 2019 – au Chili, en Colombie, au Honduras, au Pérou et bien sûr au Brésil. L’organisation d’extrême gauche NACLA se targue que 80 pour cent de la région est désormais aux mains de la gauche.

Un ajout récent à la stratégie gagnante du Foro a été d’utiliser les médias sociaux pour inciter et organiser des manifestations de rue dans les sociétés libres, puis d’utiliser électoralement le mécontentement qui en résulte pour placer les marxistes au pouvoir. Des émeutes de rue de type BLM au Chili et en Colombie ont ouvert la voie à l’élection de leurs dirigeants marxistes. Comme le dit la déclaration finale , ce chaos s’est traduit par des « victoires électorales ».

Tous ces gouvernements de gauche ouvrent la région à la Chine. La déclaration d’ouverture du Foro était aussi élogieuse à l’égard de la Chine que méprisante à l’égard de l’Amérique.

“Le projet américain de domination sur l’Amérique latine et les Caraïbes est confronté à un environnement marqué par des menaces contre son hégémonie”, indique le document. « Le conflit avec la Chine et la présence croissante de forces politiques progressistes ou de gauche dans les gouvernements régionaux… constituent un défi important pour un pays touché par de multiples crises qui se manifestent dans les sphères politique, économique, sociale et culturelle. »

“La coopération entre la Chine et l’Amérique latine n’est pas nouvelle et va se développer à l’avenir”, indique le document. « La Chine représente un facteur de stabilité et d’équilibre dans la région…. Il n’y a aucun conflit d’intérêts entre la Chine et l’Amérique latine, puisque la République populaire de Chine n’a jamais attaqué ni occupé illégalement aucun territoire latino-américain.»

Les États-Unis tentent « d’inverser leur déclin et de retrouver leur ancien statut hégémonique, un effort désespéré mettant en danger la paix mondiale ». Cuba, qui n’a connu ni démocratie ni liberté depuis plus de 60 ans, a été déclarée « patrimoine universel de dignité » par la déclaration finale .

Il est temps que nous prenions ces gens au sérieux, même nos « dirigeants » ne le font pas.

Source: Heritage

You may also like

Soledad is the Best Newspaper and Magazine WordPress Theme with tons of options and demos ready to import. This theme is perfect for blogs and excellent for online stores, news, magazine or review sites. Buy Soledad now!

Schwarze Fahne, A Media Company – All Right Reserved.