Saturday, June 22, 2024
Saturday, June 22, 2024
Home » L’antisémitisme vient aussi bien de l’extrême gauche que de l’extrême droite

L’antisémitisme vient aussi bien de l’extrême gauche que de l’extrême droite

by Renard Gosselin
0 comment 24 views


Ils sont venus brandissant des drapeaux palestiniens et vêtus de keffiehs qui sont devenus un symbole de la cause palestinienne. Des dizaines de manifestants scandant se sont rassemblés dans la rue devant Goldie, un restaurant végétalien servant des plats d’inspiration israélienne dans le centre de Philadelphie, bloquant la circulation et scandant : « Goldie, Goldie, tu ne peux pas te cacher. Nous vous accusons de génocide.

Quel rapport ce restaurant a-t-il avec la guerre à Gaza ? Rien. Il sert des falafels aux Philadelphiens. Il appartient à un juif né près de Tel-Aviv. Et ça suffit.

Partout dans le monde, les synagogues, les cimetières juifs, les entreprises appartenant à des Juifs et les Juifs sont confrontés au harcèlement, au vandalisme et même au meurtre. Deux jours seulement après l’attaque terroriste du Hamas, un étudiant juif qui tentait de peindre le drapeau israélien sur un « rocher de la liberté d’expression » à l’université de Wayne State a été bousculé et traité de « putain de sioniste ». Une semaine plus tard, une femme a été frappée au visage au Grand Central Terminal. Lorsqu’elle a demandé pourquoi à son agresseur, il a répondu : « Vous êtes juif ».

À l’Université du Minnesota, le centre étudiant juif a érigé une exposition montrant les visages d’enfants kidnappés par le Hamas. Il a été renversé et endommagé à deux reprises.

À Pittsburgh, à quelques pâtés de maisons de la synagogue Tree of Life, théâtre de l’attaque la plus meurtrière contre les Juifs de l’histoire américaine, des maisons ont été dégradées par des graffitis proclamant « Palestine libre », « Mort 2 Amérique » et « Je suis aux côtés de Gaza ». »

À Thousand Oaks, en Californie, un manifestant pro-palestinien a frappé un homme juif de 69 ans à la tête. Il mourut plus tard des suites de ses blessures.

Ce sont là des instantanés d’un vaste phénomène. La Ligue anti-diffamation rapporte que les actes anti-juifs ont augmenté de plus de 300 % depuis les attentats du 7 octobre.

Allumer la colère anti-palestinienne

La guerre entre Israël et le Hamas a également attisé la colère anti-palestinienne. Un enfant de 6 ans dont les parents étaient originaires de Cisjordanie a été poignardé et sa mère grièvement blessée par un propriétaire armé d’un couteau dans l’Illinois. Et à Burlington, dans le Vermont, trois étudiants palestiniens ont été abattus dans la rue simplement parce qu’ils étaient identifiables comme Palestiniens.

On rapporte également une augmentation des menaces contre les musulmans américains, même si, hormis les deux terribles attentats de l’Illinois et du Vermont, il ne semble pas y avoir de grande vague de sentiment anti-musulman dans le pays ou dans le monde.

Quelle aurait été la réponse si nous en avions vu un ? Si, au lendemain du 7 octobre, nous avions vu des mosquées dégradées, des étudiants musulmans harcelés, des maisons musulmanes vandalisées, des affiches d’enfants palestiniens kidnappés arrachées, des menaces de mort publiées en ligne contre des associations d’étudiants musulmans, des musulmans individuels bousculés, giflés et frappés « parce que vous êtes musulman », et des hordes de manifestants brandissant des drapeaux israéliens et scandant « Du fleuve à la mer, Israël sera libre d’Arabes », nous n’aurions aucune difficulté à étiqueter ce qui se passait, n’est-ce pas ?

Nous ne tenons pas les musulmans de Dearborn pour responsables des actes des musulmans de Jakarta. Nous ne menaçons pas leurs mosquées et ne harcelons pas des ingénieurs musulmans au hasard parce que des régimes musulmans ailleurs persécutent les chrétiens.

Bien entendu, nous n’avons pas non plus harcelé ou persécuté les bouddhistes en raison des actions du régime birman, qui a vicieusement persécuté sa minorité musulmane Rohingya, ni les Américains d’origine chinoise à cause de l’oppression des Ouïghours par la Chine, ni les catholiques à cause des actions de l’IRA, ou encore des protestants individuels pour les actes de l’Ulster Defence Association. Nous ne harcelons pas les Russes individuellement à cause de l’invasion de l’Ukraine par Poutine.

Aux États-Unis, nous croyons qu’il faut traiter chacun comme un individu, et non comme un simple représentant du groupe auquel il appartient.

Alors pourquoi est-il si difficile de voir ce qui arrive aux Juifs aux États-Unis et dans le monde pour ce qu’il est ? Les Juifs américains (ou européens ou australiens) ne sont pas responsables des actions d’Israël. Ils peuvent les soutenir, même si, étonnamment, ils ne le font souvent pas. Mais ce n’est pas pertinent. N’est-il pas étrange que ceux-là mêmes qui dénoncent ce qu’ils appellent la « punition collective » des Palestiniens à Gaza ne voient pas de contradiction dans le fait de tenir un Juif de Los Angeles pour responsable de ce qui se passe à Khan Younis ?

De nombreuses manifestations et harcèlements antisémites ont commencé avant qu’Israël ne riposte à l’attaque terroriste du 7 octobre. Il s’agissait en fait de célébrations de la victimisation israélienne. Ils n’ont pas scandé « Pas en notre nom » après les viols collectifs de femmes par le Hamas. Les manifestants portaient des pancartes proclamant : « Par tous les moyens nécessaires » – une approbation aussi flagrante que possible de terroriser les civils.

ONU Femmes est restée silencieuse pendant des semaines

Il n’y a pas de rassemblement à Londres ou à Paris pour exiger que le Hamas libère les otages ou autorise la Croix-Rouge à leur rendre visite. Et l’organisation des Nations Unies chargée de défendre les femmes ? Silence sur les attaques brutales contre les femmes et les filles israéliennes. Les premiers intervenants israéliens ont transmis les preuves à ONU Femmes. Rien pendant huit longues semaines jusqu’à ce que Sheryl Sandberg et les manifestants du lobby de l’ONU leur fassent honte dans une déclaration tardive.

Non, la recrudescence de l’antisémitisme n’était pas une réponse à la campagne menée par Tsahal pour éliminer le Hamas. La première vague a été l’approbation du meurtre et de la torture des Juifs.

Certains à l’extrême gauche ne pouvaient pas le voir, mais devinez qui le pourrait ? L’extrême droite. Vous vous souvenez de Charlottesville ? Certains de ces mêmes voyous, comme le Parti de la justice nationale, se présentent désormais aux rassemblements anti-israéliens. Un autre groupe néo-nazi, NSC-131, a accroché des banderoles sur un viaduc près de Boston sur lesquelles on pouvait lire « Palestine libre » et « Mettre fin à la terreur juive ».

Ces groupes sont marginaux, mais ils ont des amis dans des lieux très influents. Tucker Carlson, par exemple, a utilisé sa plateforme soutenue par X pour dénoncer ceux qui mettent en garde contre la montée de l’antisémitisme sur les campus universitaires comme des « hypocrites » parce qu’ils n’ont pas condamné le prétendu soutien au « génocide blanc » dans les universités américaines. Carlson a introduit la théorie du complot du « grand remplacement » dans le courant dominant. C’est l’idée même qui a motivé le tueur de l’Arbre de Vie.

De la même manière, le patron de Carlson, Elon Musk, a ouvert les portes de l’intolérance et de l’antisémitisme sur X.

Les marais de fièvre sont désormais sur nos téléphones et dans nos flux de médias sociaux. Lorsque des conspirations se déchaînent sur le monde, elles reviennent toujours aux Juifs. Quel que soit votre camp, si vous pensez que seul l’autre camp a ce problème, détrompez-vous.

Source: Chicago Sun Times

You may also like

Soledad is the Best Newspaper and Magazine WordPress Theme with tons of options and demos ready to import. This theme is perfect for blogs and excellent for online stores, news, magazine or review sites. Buy Soledad now!

Schwarze Fahne, A Media Company – All Right Reserved.