Wednesday, May 29, 2024
Wednesday, May 29, 2024
Home » La nouvelle envoyée canadienne contre l’antisémitisme, Deborah Lyons, s’intéresse aux discours haineux sur les campus et en ligne

La nouvelle envoyée canadienne contre l’antisémitisme, Deborah Lyons, s’intéresse aux discours haineux sur les campus et en ligne

by Pons Tremblay
0 comment 33 views


OTTAWA – Le gouvernement Trudeau a nommé l’ancienne ambassadrice Deborah Lyons au poste d’envoyée spéciale du Canada pour la préservation de la mémoire de l’Holocauste et la lutte contre l’antisémitisme.

Lyons est l’ancienne ambassadrice du Canada en Israël et en Afghanistan, et elle remplace l’ancien procureur général Irwin Cotler, qui a occupé ce poste pendant trois ans.

Ce rôle consiste à collecter des données et à parler au nom des Juifs lorsqu’ils sont attaqués au Canada et à l’étranger, et des rôles similaires existent pour les musulmans et les personnes LGBTQ+.

Lyons a été nommé à ce poste lundi matin lors d’une conférence sur l’antisémitisme à Ottawa.

Elle a déclaré aux journalistes que sa nomination intervient au milieu « de la malignité qui grandit ici, de ce discours de haine cancéreux, de ce désir de polariser, de diviser, de perturber et de détruire l’esprit qu’est le Canada ».

Cela survient également au moment où Israël déplore l’horrible attaque du Hamas du 7 octobre qui a fait 1 400 morts, et les inquiétudes des Nations Unies selon lesquelles Israël viole le droit humanitaire en privant les civils palestiniens de nourriture, d’eau et d’électricité.

Les événements ont été marqués par des rassemblements et des manifestations au Canada, dont certains incluaient des messages ouvertement antisémites.

« Même si nous pouvons chacun nous sentir seuls dans cette douleur et cette misère… il n’y a qu’une seule voie et c’est que tous les Canadiens se rassemblent, en tant que Canadiens, dans notre humanité commune », a déclaré Lyons.

Elle a déclaré que son travail consistait à lutter contre la montée des discours de haine visant les Juifs, en particulier sur les campus universitaires et sur les réseaux sociaux.

« En travaillant avec les communautés partout au Canada, nous devons promouvoir et soutenir de vastes efforts d’éducation contre l’antisémitisme. Et oui, nous visiterons les universités », a-t-elle déclaré.

“Nous travaillerons très dur avec les grandes entreprises et les gouvernements du monde entier pour lutter contre l’antisémitisme en ligne.”

Même si elle n’est pas juive, Lyons a déclaré qu’il était important que tous les Canadiens travaillent ensemble pour éliminer la rhétorique déshumanisante et tirer les leçons des horreurs de l’Holocauste.

Lyons a déclaré qu’elle soutenait une définition de l’antisémitisme que les libéraux fédéraux ont adoptée aux côtés de divers pays occidentaux, même si les groupes de défense des droits de l’homme s’y sont opposés.

L’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste affirme que l’antisémitisme inclut « l’affirmation que l’existence d’un État d’Israël est une entreprise raciste » et « l’application de deux poids, deux mesures en exigeant d'[Israël] un comportement qui n’est attendu ou exigé d’aucune autre nation démocratique ».

En avril, 104 organisations de la société civile d’Israël et d’autres pays ont exhorté les Nations Unies à ne pas utiliser cette définition, des groupes tels que Human Rights Watch affirmant qu’elle entrave une enquête sérieuse sur la question de savoir si Israël mène un apartheid contre les Palestiniens.

Lyons a soutenu que la définition aide à déterminer quand quelqu’un fait des critiques justes ou quand il se concentre sur Israël par animosité anti-juive.

“Le but de la définition de l’antisémitisme est très clair et la définition elle-même est claire”, a-t-elle déclaré.

“Quand cela devient une cible complète et constante, sans aucune autre focalisation, ni équilibre avec d’autres conflits ou controverses, alors il devient très évident que cela est fait dans une perspective antisémite.”

Lyons a refusé de se prononcer sur la question de savoir si Israël respectait le droit humanitaire international dans le cadre du « siège total » actuel de la bande de Gaza, affirmant qu’elle pouvait conseiller le gouvernement en privé mais qu’elle n’avait pas le mandat d’intervenir sur la géopolitique.

Source: Toronto Star

You may also like

Soledad is the Best Newspaper and Magazine WordPress Theme with tons of options and demos ready to import. This theme is perfect for blogs and excellent for online stores, news, magazine or review sites. Buy Soledad now!

Schwarze Fahne, A Media Company – All Right Reserved.